Entourage toxique et autisme

Forum de discussions sur l'autisme et les troubles associés
Avatar de l’utilisateur
Perri
SAtedI un peu
SAtedI un peu
Messages : 10
Inscription : 18 Jan 2018, 22:23

Entourage toxique et autisme

Messagepar Perri » 15 Jan 2020, 04:32

À l'instar des perturbateurs physiologiques, environementaux, traumatiques ou génétiques, quel est selon vous, l'impact qu'un sujet disfonctionnel (dans le sens de la disfonction du rapport social aux autres) peut exercer dans le cercle familial sur le développement comportemental et cognitif de l'individu?

Il y a t il une corrélation possible entre développement d'un autisme et parent disfonctionnel?

Cela sans qu'un terrain génétique ou autre soit forcément présent. Un trouble peut il se développer stricto sensu de cette manière ?

Avez vous déjà fait l'expérience dans votre cercle familial d'un sujet à priori sein (père, mère, grand frère, etc) voir mieux que sein: adulé, apprécié, ou simplement jouissant d'une reconnaissance au sein de la famille pour ses capacités d'analyses et de résolution de conflits de groupe, bénéficiant d'une reconnaissance établie de tous les membres de la familles, qui névrotiquement ne peut s'exprimer que dans la négation du développement cognitif d'un autre membre (fils femme, mais à priori enfants...) étants fragiles et maléables, et de ce fait parvenir à ses fins d'elevation dans la hiérarchie et la structure familiale en se construisant une assise et une légimité, un statut de patriarche, une possibilité d'ammener par la négation de vos facultés cognitives à votre ''dévolution'' niant qu'il est à l'origine de ce disfonctionnement. Et ainsi, en s'assayant sur votre cognition, son ''soumis'' cognitif non consentant, vous ammenant à un troube autistique.

Cela nous ramène evidemment et malheureusement à l'idée du PN et sa victime. Autrement dit, selon moi je pense que cela peut ammener les victimes de PN (moi #-o ) à développer, peut-être aussi à cause d'un biotope propice, au développement de ted.

Espérons que ce ne soit pas contagieux (malgré tout j'en ai bien peur)

Donnez moi vos avis!

Et puis m**** j'ai pas envie de me recorriger, désolé pour les fautes.

_

Le parent toxique sur son enfant a-t-il les moyens de corriger le tir dans ce genre de situation, c'était peut être la question à poser. Et j'ai bien bien peur que cela dépasse toutes les encyclopédies psychanalytiques, en faisabilité dans le temps, et en application. Voyons un sniper visant une teigne à 3km sur le dos d'un chat dans un désert où le vent chaud souffle à 190km/h.
Il lui faudra la même peine pour se dégager lui même de la contagion du germe autistique qu'il transmet de manière consciente et inconsciente a sa progéniture.

De ce fait le parent toxique qui ne jure pas en terme d'affect, comble l'affect indispensable à l'élévation de l'enfant par l'invocation de thèses scientistes en aspects et en effets.

À quoi ça sert si je parle pas comme un autiste en corrigeant mes phrases pendant 3 heures? :) ...redésolé pour les fautes msieurs dames.
_

Quelqu'un qui pour exorciser ses nevroses se sert de vous comme filtre pour se sentir sain d'esprit. Tout est résumé.
_

Eg: Ce soir préparation d'un repas par le PN en question. On me demande à 19h30 d'aller chercher de quoi agrémenter le repas spécial ''nouvel an chinois''..
Je vais donc acheter le nécessaire bien que cela me pèse ayant déjà été au supermarché d'à côté dans la journée pour mes propres besoins (alcool et alcool..)
Je reviens avec les ingrédients demandés et forcément ça va pas. Énervement disproportionné sur la qualité de la sauce suzi wan. 'Nonnnn! Maiisss ca va pas c'est trop sucré!' Je vais donc me rendre au supermarché 500 mètres plus loin pour prouver que moi! Je sais comment dépenser mon argent!
Bravo pn
_

Et c'est pas fini. Cela me jouera sûrement des tours vu la sagacité, et la coriacité du PN enquestion. J'habite chez mes parents depuis un an suite à un ''accident'' de la vie. LE PN a toujours aimé rabaisser et se mettre en avant, au dessus, à côté, et finalement partout, en travers de tous et de tout. Abrégeons, ce soir j'ai voulu pour détendre l'atmosphère, sachant de plus que le PN en question aime la contradiction des systèmes, politiques, et des systèmes en général, j'ai passé sur la télé du salon une interview thinkerview de marc humpfield ou cheplutro son nom bref, un truc super intéressant pour qui se dit de gauche et critique. Je n'ai eu droit qu'à une symphonie de bruits lors de la préparation du repas par le PN ''le repas du nouvel an chinois'' quand je dis bruit je suis sympa!
J'ai voulu titiller ce PN par l'ironie en lui demandant.: es-tu télépathe, sais tu lire dans mes penser?
(au vu de ses agressions sonores et insidieuse me rendant 'parano')
Réponse (prévisible) ''Non, j'appel cela de la possession''.
O K !
_
Promis j'arrête après:

Moi jouant sur l'ordinateur dans 'ma' chambre:

Après tout j'estime que la 'chambre' que l'on me préte n'est pas une zone dans laquelle je puisse me sentir étrangé lorsque je suis accueilli par ma famille. Passons. J'ai entrepris de m'investir sur un mmorpg, (eve et ffxiv) histoire de sortir du train train quotidien. Et là, dechainement du PN puisque moi, investissant mon temps de cerveau disponible dans quelque chose de constructif au lieu de le mettre à disposition de ce prédateur, attaques insidieuses en permanence. Du style tocage à la porte violent (avec ses ongles...) pour me dire des futilités du style 'Bon Pierre il faut que, Pierre tu devrais..' Suite à ça et à la manière dont ce névrosé compte mener ma vie, je n'ai d'autre choix que de passer mes journées à des activités moins coûteuses en concentration, il absorbe mon temps de cerveau disponible autant que c8 le ferait avec un pré-ado. Ce PN étant bien au courrant de mon diagnostic TED.
Bon, après j'ai 36 ans.. :wink:
Ca dérange personne à part moi?
_
Tocage avec ongles violent tout en ouvrant la porte avant que je dise ''oui?''
Pour me dire 'tu viens manger Pierre?' Alors que je ne mange jamais avec mes parents le soir, en tout cas j'évite! Vu la nervosité avec laquelle cette personne mange et prépare les repas, ils sont ulcérants!
_

Pardon si cela semble un étalage dégoulinant ici, je vide mon sac.
Après 8 ans passés auprès de la psychiatrie + ou - (mais surtout --!) Compétente je pense que mes mots ont leur place ici.
Je pense que ce PN, revenons en au terme de ''possession'' qu'il utilise lorsqu'il s'adresse à moi répond bien à la question des effets auxquels il tend. De ses projets dissimulés. (m**** je me souvient plus du terme pour désigner ça)
En m'évincant de son projet sociétal dans la famille il se permet de croire en ce que je ne sois qu'un objet malléable, et ça ne date pas d'hier. Dans l'absolu, et, dans la particularité de mon éducation, j'appelerai cela un œdipe inversé. Avoir sa progéniture sous sa coupe tout en ne dévoilant pas sa parentée en lui cachant volontairement la légétimité dont elle est issue pour se dégager de ses obligations, aux fins de s'assurer un futur serein, quitte à sacrifier un élément disfonctionnel de sa progéniture. Tout est bon à sacrifier quand il s'agit d'asseoir sa place. Quitte à abandonner son rôle dans la famille (le père) en s'en défendant par tous les moyens possibles.
Jme suis bien régalé avec les nems Liddle sinon

Cette personne n'a jamais communiqué autrement avec moi que par 'signaux' jamais de communication directe. À part des bonjours t'as mangé? Je suis sûr qu'il pense agir dans l'intérêt commun, mais si seulement j'avais reçu de cette personne les signaux de l'amour que l'on porte à ses proches je pourrais comprendre cela. Il est juste invivable.

Je ne me rend compte que maintenant que cette personne n'a jamais fonctionné que comme ça depuis seulement maintenant. Il n'a jamais tenté de m'élever autrement qu'en comblant ce manque par des manoeuvres et effets lyriques, financiers etc.

Quand j'étais mioche, les repas du dimanche étaient d'une austérité sans nom. Après l'émission du jour du seigneur sur f2 en fond, mon père préparait des repas, plutôt bons d'ailleurs, pour ensuite les partager avec mes grands parents, modestes, et vieux. De 40 ans les aînés du PN. Il prenait un malin plaisir avec ses tours de passe passe lyrique à démonter toute thèse avancée par mon grand père pourtant très intelligent. Quitte à contredire ses 'croyances' il a toujours voulu avoir le dessus. Face à une personne vieillissante. Maintenant c'est moi qu'il accuse de le mener en bourrique, qu'à son âge c'est difficile, pretextant sa mort proche, son mal au dos, etc etc. Sans jamais n'accepter la contradiction.

Quand on à 36 ans on peut passer outre. Quand on est un enfant de 6 ans c'est autre chose.

Optimisme surjoué lorsqu'il voit que je suis en situation de faiblesse 'mentale' dû à ses paroles/actes/signaux insidieux, s'offusquant lorsque je sors de mes gonds.


Épisode de la cabine de douche.
Allez Pierre on va poser la nouvelle cabine de douche. Moi: ouais super!(j'adore le bricolage et me rendre utile) vu que je squatte chez mes parents, j'avais envie d'apporte mon aide.
Tout commence avec enthousiasme, et pendant que j'aide pratiquement tout seul, le PN met son grain de sable dans pratiquement tout, la pose du joint, la pose de la porte qui doit peser 10kg, bref tout, et tout est devenu pénible, la cabine au final ressemble à rien, bancale, mal posée. Et pourtant je sais m'organiser pour ce genre de tâche.

En parlant de grain de sable: son nouveau truc depuis quelques années c'est de préparer des repas insipides et fades, sans aucun sel, avec voir des purgatifs style trop de curry, trop d'herbes, et ainsi se prémunir du plaisir que peuvent avoir les autres avec qui il partage sa cuisine. Et je pése mes mots.

Cette personne est aussi thermopathe, à savoir, il collectionne les thermomètres.

?

Épisode des champignons:
Préparation du ''nouvel an chinois''
Pierre va acheter des champignons noirs. Ok je vais au supermarché Casino et il n'en vende pas. Je reviens bredouille et met à disposition les shitake que j'avais acheter quelques mois plus tôt à Asiana. J'en prends une petite poignée et commence à les préparer tout en 'prévenant' pour que le PN puisse préparer son repas. Là dans mon dos il prend tout le reste des shitake, une quantité démesurée, il devait y en avoir 30 pour un repas de 2 ou 3 personnes. Pendant que je m'efforce à aider à la cuisine, à la préparation de cet évenement spécial sensé être agréable. Mettant les champignons dans l'eau chaude m'apprétant à les émincer ensuite, il rince dans mon dos, enfin dans l'évier :) les 30 champignons. J'ai perdu mon sang froid et renversé la passoire dans laquelle il préparait son méfait. Il me dit bien évidemment qu'il n'avait pas compris, n'avait ni vu ni entendu que je m'appretait à remplacer les champignons noirs par les shitake. Et c'est toujours et seulement ce genre de relation. En fait, il ne m'a jamais regardé ni écouté mais se permet de s'asseoir sur le peu de confort qu'y m'est légitime en avançant qu'il ne m'aurait malheureusement jamais ni vu ni entendu.

À l'âge de 12 ans j'avais un ami qui s'est quasiment fait mettre à la porte lors de notre majorité par ses parents. Mon père à toujours trouvé ça anormal en critiquant. Maintenant lorsqu'il s'offusque de mes crises de nerd face à sa défiance, il me traîte de ''sale type'' ''pauvre type'' menaçant d'appeler la police. À un moment de ma vie où j ai le plus besoin de soutien.

Épisode du forum des ''perroquet''

Je sors de ma chambre pour aller me faire un café, et comme ila ime si bien le faire il parle en s'adressant à ma mère mais à moi insidieusement, en lui disant je sais plus quoi. Vu que ça m'énerve je lui dis à je croyais que tu me parlais depuis le salon (Je le croyais vraiment) (ils étaient dans la chambre).
Il me dit ''tu me prends pour un ménathe'' ''va en parler sur le forum''
Oui parce que avec mon ted de m**** j'avais explique loin de lui à voix haute dans l'appartement que j'avais parler de PN sur un forum.
Alors je lui demande quel forum? Après s'être embourbé face à mon incompréhension il me sort: sur le forum des perroquets.

Mais why?

Ah il appel ma chambre 'la porcherie' j'avais oublié. Aprés m'avoir demandé si j'ai mangé et m'avoir traité de pauvre et sal type.

Épisode de l'AAH
J'ai appris aujourd'hui que je suis bénéficiaire du complément AAH à mon RSA
Monsieur PN s'en réjouit et doit acheter de l'encre. Demandant à ma mère où il irat en acheter, il s'ennerve par sa confusion de ne pas savoir où. (Ma mère n'est pas imprimeur) Et de là quitter l'appartement en g***** dans les parties communes de l'immeuble à ma mère une sorte de gloubi boulga sémantique mélangeant accent italien et phrase en français indiscible à ma mère qui est d'origine italienne.

Saison 2:

Bon j'appuie une fois de plus sur le logo crayon pour le suivi de cette histoire palpitante.
Désolé si tou ça sonne comme une confession au prétoire mais n'est ce pas ce que tout le monde fait un peu ici?
Introduction à la saison deux.

Souffler le chaud et le froid.

Ce sinistre personnage, à toujours comme je l'ai dit, exprimé son autorité par des signes lointains, laisser un couvert disposé dans la cuisine de tel ou tel manière au but à ce que les autres se demandent pourquoi, disposés des livres à tel ou tel endroit s'en jamais en parler. Non, il n'a jamais parler de rien à part en terme de godwin point, Stalin, Mao, sont ses références, Boudah, mais jamais Gandhi, anti Tibétain, mais toujours communiste.

Le déménagement:
Il y a de cela quelques années j'ai du remonter de Paris ou j'habitais, mais suite à l'accident que j'évoquais je n'y habite plus. Gros travail: aider mon beau frére, le mec de ma petite soeur, à déménager une grosse quantité de meubles et de cartons, repeindre l'appart etc etc.
Le psychopate en question était présent à chaques étapes.
Bien évidemment, moi devant faire don de ma personne, à ce temps (et encore toujours malheureusement) anorexique et alcoolique j'ai dû payer de ma personne et de mes forces plus que n'importe quel autre. J'ai bien fait mon taf. Malgrè des remontrances et des remarques insensées, démesurées et violentes sur le travail que j'accomplissais alors. Me forçant à manger et à boire de l'eau je me voyais alors invectivé pour n'importe quelle raison. Oui je ne mangeais plus et ne buvais que de l'alcool à ce moment. Le pn a sauté sur l'occasion. J'ai donné toutes mes forces et lui, en a profité. Malheureusement il y avait trois places dans la camionnette louée. Moi mon beauf et LUI. J'en ai jamais autant bavé.

Ce soir il a été très résiliant depuis l'hisoire de ''forum des perroquets''. Mais c'est pour mieux me manger demain. Je me rends compte qu'il porte un masque floqué à son visage, et que quand moi j'essaye de faire tomber mon masque lui ne peut que réajuster le sien. Quand je parle d'oedipe inversé je dis pas de c*******, même si Freud n'est pas une référence pour moi. Ça vous en donne une image qui, je l'espère vous aidera, m'aiderai, et pourrait en aider d'autre. Je jette un pavé dans la marre, je sais que ça me jouera des tours, j'ai jamais eu de chance avec la subversion, la rebellion, infime et légitime soit elle.

Les repas:

Monsieur aimant le bruit et les postures étranges, je vous laisse imaginer quand il mange un cornet de glace, sucer un bonbon, ballader sa fourchette sur des choux de bruxelle ou des haricots. Chausser ses chaussons, enfiler son gilet. Le bruit et l'odeur comme dirait l'autre (con).
Mais par dessus tout le bruit! Les signaux à la con! Si j'ai le malheur de me trouver à côté de lui lorsqu'il mange un carré de chocolat, il met bien en évidence sa langue pendu pour déposer le dit carré de manière ostentatoire sur sa langue comme un chat boufferait un cachet. Quand il boit un verre d'eau il ne peut s'empêcher de ressembler à George Fraiche. Il mange un cornetto? C'est forcément en le suçant entièrement dans la bouche comme s'il habitait au Mexique. Et c'est que ça. Une mise en scène de ce qu'il vie fait et représente. Pendant que j'écris ces mots il tousse allègrement devant la télé possédant l'espace sonore qui l'entoure pour asseoir sa domination. Un mec vraiment bien.


Ah ça part en vrille mais j'ai pas fini.
Dernière édition par Perri le 16 Jan 2020, 11:45, édité 16 fois.

Avatar de l’utilisateur
Perri
SAtedI un peu
SAtedI un peu
Messages : 10
Inscription : 18 Jan 2018, 22:23

Re: Entourage toxique et autisme

Messagepar Perri » 17 Jan 2020, 12:53

L'arracheur de dent:

J ai eu il y a quelques mois une rage de dent à se tordre de douleur. Le dentiste me prescrit antibiotiques et paracétamol (ça aurait plutot mérité de la morphine, passons)
Tout rentre dans l'ordre en une semaine avec les antibio et moi allant chez le médecin pour le reste.
Une fois guéri j'en parle à mes parents ''le dentiste a dit qu'il faut peut être arracher la dent''.
A cette époque mon PN était plus où moins encore dans le ''dialogue''
''Et bien ecoute Pierre fait toi arracher la dent. C'est rien du tout avec l'anesthésie ça dure quoi 15mn.''
Le dentiste a charclé ma molaire pendant une heure...
Le problème n'est pas si la justification médicale de ses conseils est fondé.
C'est la manière lorsque je m'en rappel maintenant, dont il communique ce conseil. Avec un petit sourir tout en me tournant le dos et s'orientant vers j'imagine un être absolutiste qu'il à dans ses rêves de sadique.

Je m'en fou de savoir si c'était à faire ou pas. C'est la première fois que l'on m'arrache une dent, et c'est quand même une putin de dent! On donne pas un conseil comme ça, on prend en compte la souffrance que cela provoque. En rentrant chez moi j'étais prêt à m'éclater le crâne contre un mur!

L'anihilation:
Vivant chez mes parents il m'arrive d'acheter ma propre bouffe, fin, avec l'argent des autres souvent. Étant donné qu'ils sont ric rac j'achète de temps en temps des victuailles, fleurs, etc pour agrémenter l'austérité ambiante. Et bien j'achète des nouilles, je retrouve 10 paquets de nouilles le lendemain mis en évidence dans la cuisine. Je fais la vaisselle, on refait la vaisselle derrière. J'achète un bon vin, on rachète le même le soir même. Je prépare un repas, on prépare le même le lendemain.

Ma folie suit parfois la courbe exponentielle de la sienne et il m'arrive de le singer quand il est insuportable, il se sert alors de ça. On (le pn) s'offusque alors avec un sourir malsain d'être imité par moi selon ses termes avec un énervement décontenant. Imité limité... ca va pas plus loin.

Le samedi à 7 ans:
Maman y rentre quand de déplacement papa? Ce weekend Pierre. Ah j'etais bien de prendre sa place dans le lit maternelle (au milieu des odeurs de mégots qu'ils disposait un peu partout, chambre salon etc.) Quand il se déplaçait pour son travail d'analyste programmeur' oui msieur dames. Pendant ce temps j'attendais de le voir, ben oui, fils père vous savez... Le samedi il nous emmenait à l'école en râlant sur la moindre conductrice lui grillant une priorité. Râlait sur la moindre caissière trop lente. Le dimanche absorbé par le jour du seigneur diffusé à la télé et sa radio amateur ''tutututu biiibpbibppbibp'' Pendant qu'il écoutait ses emissions en arabe en russe en kazak ou en tout ce que tu veux, après qu'il se soit défoulé sur mon grand père lors du repas rituel, avec ses idées arrêtées, j'essayais de m'adresser à lui, la réponse était toujours ''hhmm?". (Je suis gentil j'ajoute un point d'interrogation) Et ce mec vient maitenant me donner des leçons de morale et s'insinuer dans ma vie.

Sa manière à lui de m'élever, c'etait de laisser traîner un bouquin de maths appliqués sur la mécanique des fluides et sur les équations d'Enstein pesant 300 pages sur la table où je faisais mes devoirs de 6ème sur les equations de premier degré.

La seul interaction que j'avais avec, c'était à 4 heure du mat quand moi enfant je me levais pour aller éteindre sa télé volume à fond pendant qu'il ronflait comme un porc devant les débats de pivot et autres documentaires.

Là je suis en train de guérir d'une pneumopathie un truc dans le style. Je sais très bien comment il va sauter sur l'occasion de mon mieux être.

Ce qui est drôle c'est de le voir prendre des postures de victime quand il est démasqué. Sa stratégie le dépasse sûrement.

Bon sinon, l'été on allait des fois à la plage. Mais il a peur de l'eau donc lui au moins n'était pas là.

J'en conclue, pour ceux qui connaîtraient la même situation, de rester à distance le plus possible de ces sujets PN.
En rentrant dans leur champs d'action, on se retrouve sur un échiquier où notre champs d'action est purement et simplement entravé. Se mettre à distance, savoir adapter sa stratégie de façon calme et adaptée est le seul échappatoire.

Je suis donc issue d'une famille disfonctionnelle du côté du père (et quand on est le seul garçon au milieu de 3 soeurs... l'image du père tient sa place) Jamais rien n'est spontané et sincère. Tout est dissimulé. Par exemple pour expliquer que je suis la blessure narcissique de mon père, on va dire qu'en fait cette blessure narcissique existe entre tel et tel autre membre de la famille. Comme quoi je dois pas avoir tort non? Oui? Enfin jsais pas. La blessure, c'est la douleur, pas le remède.

Ce PN doit sûrement penser que c'est finalement par ses manœuvres que je vais pouvoir m'émanciper de lui car je veux juste le fuir. Sa perversion va crescendo et je sais pas si je vais tenir!

Avatar de l’utilisateur
Barbibul
SAtedI un peu
SAtedI un peu
Messages : 14
Inscription : 21 Jan 2018, 10:58
Localisation : back to school
Contact :

Re: Entourage toxique et autisme

Messagepar Barbibul » 18 Jan 2020, 20:32

Bonjour Perri,

L'autisme n'est pas causé par la présence, d'un parent toxique A te lire, je comprends que tu as des difficultés relationnelles liées à ton autisme, tout comme ton père en a aussi. Le contexte est difficile, un enfant qui reste à la maison, je ne peux que penser au film "Tanguy". Il y a aussi un contexte économique difficile qui n'arrange rien. Je n'ai pas l'impression que ton père sois un pervers narcissique, ton autisme n'est certainement pas du à un environnement toxique, ton père a ses qualité et ses défauts, tout comme tu as aussi des qualités et des défauts. Tu dois avant tout moins psychoter sur la moindre de ses paroles ou de ses attitudes, sinon tu vas peu à peu te miner et te détruire. Sois toi même, vis et existe, accepte les autres, écoute les autres et n'ai pas peur de défendre ton point de vue. Un dialogue est à construire.

Bon courage.

Avatar de l’utilisateur
Perri
SAtedI un peu
SAtedI un peu
Messages : 10
Inscription : 18 Jan 2018, 22:23

Re: Entourage toxique et autisme

Messagepar Perri » Aujourd’hui, 06:02

Si je comprends bien, en commençant ton argumentaire par la négation de ma théorie, tu la confirme (en voulant la contredire). Il y a surement une part de verité en elle de ce fait. Cela dit, je prends en considération les nuances que tu y apportes. Tanguy? Je pense à Lynch moi.

Aussi, lui peut se targuer de ses contributions purement pécuniaires pour exorciser les nevroses compulsives envahissant la famille qu'il nous offre en guise de relationnel. Moi n'ayant pas cette arme en poche je me retrouve toujours démuni.
Il ne m'a jamais transmis le language mais ne jure que par la linguistique.
Son problème c'est qu'il essaye de se montrer viril et protecteur, mais il a oublié que d'élever un fils fait partie de ces vertues (J'espère que c'est de cet oeil que vous aussi le voyez!)
Ce matin j'ai rendez vous chez mon psychiatre et je sais que quand je vais me lever prendre ma douche mon café et tout... enfin voilà quoi je sais. Il va me casser les c******. Sa dernière jntervention dans ce scheme a été ''va te faire soigner'' avec un sourir si radieux qu'il m'en aurait fait fondre les paupières.
Il remédie à son autisme hp par son éllocution et ses effets philanthropes, moi par mes sens exacerbés, je me protège de tout de cette manière, c'est neurologique; ma famille même me devient étrangère. On est pas du tout sur le même plan moi et lui, c'est électrique.

Bon courage Barbibulossinon (:


Revenir vers « Autisme - Parlons en »

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 6 invités