Capacité/incapacité à pleurer

Forum de discussions sur l'autisme et les troubles associés
Avatar de l’utilisateur
0z0ne
SAtedI pour toujours
SAtedI pour toujours
Messages : 2086
Inscription : 27 sept. 2010, 19:20
Localisation : .be (BXL)

Re: Capacité/incapacité à pleurer

Message par 0z0ne »

Et combien ça rapporte ?

Tu pourrais t'emm… er toute ta vie avec un bouton sur le nez. Ça coûte de l'enlever, mais après ?


La Baronne
Nouveau
Nouveau
Messages : 1
Inscription : 27 oct. 2020, 08:19

Re: Capacité/incapacité à pleurer

Message par La Baronne »

J'ai le même problème, et c'est un cadeau d'être tombée sur ton message, car je faisais des recherches sur le fait que j'étais incapa8de pleurer et pourtant ça serait tellement libérateur... mais en faisant mes recherches sur les raisons de cette incapacité, je suis tombée sur quelques articles qui m'ont vraiment parlé . Je te les partage si ça peut te mettre sur une piste , peut-être que ça pas rapport avec ton cas, mais c'est tout de même bien intéressant de lire des possibilités. Voici quelques lien:

https://madame.lefigaro.fr/bien-etre/al ... 016-117503

https://tpe-leslarmes.weebly.com/3-repe ... nisme.html

https://nospensees.fr/lamertume-des-larmes-non-versees/


Alice47
Nouveau
Nouveau
Messages : 1
Inscription : 30 avr. 2021, 16:11

Re: Capacité/incapacité à pleurer

Message par Alice47 »

Silas a écrit :
11 déc. 2010, 16:28
Rachat de crédit et trésorerie
Bonjour,

Merci pour ces premières réponses que j'ai lues très attentivement, et vais relire car il me faut toujours plusieurs fois avant de bien intégrer les choses.

Le parallèle d'OzOne avec le rire a également fait écho en moi. En effet, bien que je ne souffre pas d'une incapacité à rire, il est vrai que on me reproche souvent de ne pas "savoir rire", je ris à l'intérieur en réalité, mais c'est beaucoup moins douloureux que pour les pleurs, ou bien je ris en décalage. Parfois c'est le temps de compréhension qui est plus long, parfois juste c'est que je ris quand l'envie m'en prend mais personne ne rit plus .

Mais cela me gêne moins, hormis le fait que je passe encore et toujours pour bizarre en société (pour le peu que j'y suis) ça ne m'est pas douloureux, ni un manque.

Et je ris énormément quand je suis seul, sans aucune limite de "correction" dans la mesure où, une fois seul, le fait que j'ai "l'air d'un débile profond" (sic) en riant n'indispose personne.

Mais, je crains de ne faire différer le sujet malgré moi, quoiqu'il en soit, votre analogie OzOne m'a beaucoup parlé.

Si mon incapacité à pleurer pouvait ne pas être aussi douloureuse que ma capacité "particulière" à rire j'en serais heureux .

Un autre point qui a retenu mon attention c'est ce que vous précisez quand au fait de garder une attitude qui permet de "gérer la situation" lorsque les autres ne sont pas en mesure de le faire.
Je partage cela aussi, je ne cède pas à la panique, peut-être ne m'atteint-elle tout simplement pas au même moment que les autres, de là à gérer les situations je ne sais pas.
Je réfléchis dans ces moments là, si vite que c'est comme si je ne réfléchissais pas.
A titre d'exemple, enfant, lorsque nous avons trouvé un ami de la famille mort chez lui depuis plusieurs jours d'une balle en pleine bouche, alors que les adultes avec moi s'écroulaient face à la scène, s'évanouissaient à cause de l'odeur ou tentaient maladroitement de me cacher les yeux (inutile puisque j'avais vu) c'est moi qui suis calmement allé jusqu'au téléphone pour appeler les pompiers. Mais je n'ai aucun souvenir d'avoir réfléchi au fait qu'il faille le faire, je l'ai fait, c'est tout.


De même, lorsque j'ai trouvé ma mère suicidée, c'est moi qui ait fait "rire" la personne venue après mon appel et même le pompier qui restait avec moi pendant que ses collègues s'occupaient de son corps.

Dire que je ne ressentais pas la peine ni ne mesurais l'ampleur de la situation serait faux, mais m'écrouler, ou pleurer, ou même hurler ou quoique ce soit, je l'ai fait, mais en dedans.

(J'ai souvent été "qualifié" de nem. Tout est à l'intérieur.)

Là encore j'ai peur de dévier.

En tous cas ne pas parvenir à pleurer me fait mal, réellement et physiquement.
Je voudrais relâcher moi aussi toute cette colère et ce désarroi interne.

Silas.
Salut,
Oui je pense aussi que ça mal, je n'ai pas encore vécu ta situation mais je comprends, courage
Bien à toi


Répondre