probabilité de surdouance...

Forum de discussions sur l'autisme et les troubles associés
Inconnu992

probabilité de surdouance...

Messagepar Inconnu992 » 02 Mars 2010, 20:59

J'ai des raisons sérieuses d'y croire.Alors plusieurs caractéristqiues de ces fameux surdoués:

-sens de la justice

-grande ouverture sur le monde

-Beaucoup de curiosité,lucidité

-Perception en même temps de pleins pleins de signaux de l'environnement.

Sur ce dernier point,faut voir en fait des tas d'antennes qui captent pleins de signaux,d'informations differentes.Comme un système ouvert.La difficulté c'est que le cerveau ne peut aps tout traiter en même temps.C'est pour ça qu'on a l'impression que dès fois,ils sont dans la lune,sont déconcentrés.


Je me suis longtemps observé curieux,observateur.qQue ce soit dans la rue,devant la télévision,dehors,à l'école,au supermarché.Pleins pleins d'informations sont venus,comme une réfléxion très intense.

Alors plutot que de m'aider,ca m'a perturbé.Même si je raisonne juste,et bien les fruits de ces raisonnements ne restent pas dans les bonnes cases.Y'a d'autres choses qui viennent parasiter.Le regard des gens,le bruit,de lointains souvenirs(et oui j'ai une mémoire sur le long terme bonne).C'est ainsi qu'après avoir cogité sur de la finance,de la fiscalité,dud roit de sociétés,y'a d'autres films qui passent.Et en vitesse grand V.

Et justement,je sais plus ,même je sais pas faire quoi que ce soit comme discernement.Je dois donc beaucoup me concentrer.

Mais comme si la situation n'est pas déjà compliqué, y'a aussi l'hyper sensibilité nerveuse.Et oui c'est que mon système nerveux fonctionne à plein régime,et s'épuise vite.Faut évacuer quoi.

J'aui du passer à deux reprises ce qu'on appele un waith 3

- première fois:fait par une psychologue en libéral:130 de QI.Avec dominance en culture générale,logique,difficultés dans la conceptualisation(les fameux cubes),résolutions de problèmes,suites diverses.

Je n'ai jamais obtenu les résultats,malgré plusieurs coups de fil;Elle avait déménagé.


-2ème fois au CRA:profil homogène équilibrée.Avec des soucis avec la figure de rett,les cubes,certains détails sur le jeu des images,confusions sur certaines définitions.


Quand j'ai passé les tests,j'ai eut justement la sensation de connaître quelque part les bonnes réponses et puis ca c'est perdu,fallait que je dise quelque chose quand même.


Je travaille quand même,j'aime bien.Je voudrais bien,même si c'est très difficile,essayer d'arriver à résoudre ces difficultés.


Je n'invente pas,je ne simule pas.Je viens d'avoir quelques soucis,tout à l'heure en fiscalité,je savais plus si je savais déjà,ce que j'ai oublié,si ca été mis dans une case lointaine et que ca va revenir.

Lors de mon dernier controle de comptabilité approfondie,en feuilletant les dossiers,je me souviens avoir fait en avance rapide tout ce qui fallait mettre.Et après ca a mis du temps à se mettre en oeuvre,je savais plus,j'étais pas du tout sûr.

Ca me l'a fait dans d'autres matières,dans toute ma scolarité même.


Et aussi dans ma vie de tout les jours,et aussi quand j'écris ici et sur doctissimo.


Je le fais c'est que bon je voudrais un éclairage....

:wink: C'est pas incomptaible d'avoir un TEd et d'être aussi surdoué.

Avatar de l’utilisateur
yoyo
SAtedI pour toujours
SAtedI pour toujours
Messages : 1529
Inscription : 22 Jan 2007, 02:18
Localisation : Marseille

Messagepar yoyo » 03 Mars 2010, 00:41

Je suis d'accord avec toi Emmanuel, mais je dois bien l'avouer UB a pas mal evolue depuis sa venue ici.

Donc un grand bravo, maintenant faut que tu t'ouvres d'avantage au monde, t'es pret a mon avis, reste plus qu'a prendre une grande inspiration et te dire : ca y'est je suis pret !

Tu as eu pas mal d'informations, maintenant te reste a faire le dernier pas.

Aller courage !
On a qu'une vie autant la vivre a 100 a l'heure ! (yoyo2000 sur le chat)

Avatar de l’utilisateur
canada411
Administrateur
Administrateur
Messages : 511
Inscription : 03 Mars 2010, 03:04
Localisation : Quebec, QC, Canada

Messagepar canada411 » 04 Mars 2010, 16:50

beaucoup d'entre nous ont un coté surdoué

dans mon cas, c'est ce qui touche a l'informatique, electronique, et le fait que pour apprendre, j'apprend dans l'action
Image
Autiste haut niveau(diagnostiqué Asperger, TED, bi polaire

Avatar de l’utilisateur
nana
SAtedI pour toujours
SAtedI pour toujours
Messages : 3753
Inscription : 09 Août 2009, 03:04
Localisation : Europe
Contact :

Re: probabilité de surdouance...

Messagepar nana » 22 Mars 2010, 15:23

Lis cela U - B, t'es en plein dans le sujet:

http://www.forumhyper.net/scarlett/surtdah.html

Enfants surdoués et TDA/H
Dernière édition du 11 février 2002

ENFANTS SURDOUÉS ET THADA
GIFTED CHILDREN WITH AD/HD:

Traduction du texte original faite par Geneviève C.
Octobre 1999

Un bon nombre de raisons nous pousse à étudier les enfants surdoués avec THADA. La double exception de surdouance et de THADA veut souvent dire que de tels enfants ne sont reconnus avoir aucunes de ces particularités, et on ne répond donc pas à leurs besoins d'éducation spécialisée. Le THADA, pour cet article, fait référence au type mixte, c'est-à-dire aux enfants présentant à la fois les symptômes de l'inattention et de l'hyperactivité. Le THADA est considéré être un déficit de la capacité qui freine la faculté d'auto-régler et d'auto-contrôler le comportement. L'hypothèse du déficit du THADA, à la base, est biologique, et fondée sur les différences de régulation des neurotransmetteurs de la dopamine. Les parties du cerveau les plus touchées sont celles qui traitent des fonctions exécutoires, c'est-à-dire la capacité de régulariser, moduler, produire à la demande, organiser, et maintenir la concentration.

La surdouance, dans cet article, est définie par un QI de 120+, ou une réussite exceptionnelle dans un ou plusieurs domaines académiques. Cependant, il doit être noté que certains enfants avec un QI compris dans l'intervalle moyenne peuvent également être surdoués, mais les THADA peuvent suffisamment réduire leur score pour que la surdouance puisse ne pas être aisément exprimée de cette manière, spécialement chez les enfants plus âgés avec des années d'échec derrière eux..."
Les enfants surdoués et THADA sont différents des enfants au QI plus moyen avec THADA dans un certain nombre de domaines qui ont un impact sur l'évaluation de la surdouance et du THADA, et qui influencent le planning et le traitement de ces enfants.
...
Les données plus officielles explorent la manière dont ces enfants diffèrent des autres enfants surdoués et des autres enfants au QI moyen avec THADA sur l'Echelle de Wechsler pour Enfants, et dans l'évaluation neuropsychologique (Lovecky, 1999).

Les enfants surdoués avec THADA diffèrent des enfants au QI moyen avec THADA dans les variables cognitives, sociales et émotionnelles.
Dans les tests d'intelligence et de niveau, les enfants surdoués avec THADA, de type mixte, démontrent un degré plus important de variabilité entre et pendant les tests. Ils manquent beaucoup de questions faciles et répondent correctement aux questions beaucoup plus difficiles. Ils présentent un éparpillement des performances plus important, habituellement allant de moyennement à fortement surdoué. De plus, les enfants fortement surdoués (QI de 150+), et particulièrement ceux mathématiquement surdoués, sont tellement experts à se rappeler, utiliser et entendre des nombres que les sous-tests d'arithmétiques et de manipulation des chiffres pourraient recueillir leurs plus hauts scores. Pour ces enfants, l'absence de distractibilité de l'échelle de WISC-III ne mesure tout simplement pas les problèmes qu'ils ont réellement avec des analyses séquentielles. Ainsi, les psychologues qui se fient exclusivement aux tests de Wechsler pour déterminer un profil THADA passeront à côté de beaucoup d'enfants surdoués (Lovecky & Silverman, 1998). L'enfant surdoué et THADA montrera aussi probablement un niveau de fonctionnement plus élevé dans au moins un domaine. En particulier, le raisonnement abstrait est souvent bien développé et en avance par rapport à d'autres niveaux de compétence plus basiques.
Alors qu'ils éprouvent des difficultés dans bon nombre de facultés de travail nécessaires au succès scolaire (prise de notes, soulignement, organisation des idées, compétences à l'écrit), les enfants surdoués avec THADA apprennent souvent plus rapidement que les autres enfants de leur âge. Si on les compare avec des enfants THADA de leur âge, ces enfants surdoués montrent aussi une utilisation plus mûre de stratégies extra-cognitives telles que regroupement par catégorie, utilisation de mécanismes mnémoniques, utilisation de rappel d'une chose pour déclencher le souvenir d'une autre, organisation par modèle ou caractéristiques spatiales.
En comparaison avec d'autres enfants surdoués, les enfants surdoués avec THADA éprouvent de la difficulté à utiliser ces stratégies aussi efficacement.
Quand ils se rappellent d'utiliser ces stratégies, leur travail est exceptionnel. Quand ils oublient, la qualité de leur travail s'effondre. Cela produit cette variabilité constatée à travers les tâches différentes et au cours de jours différents avec les enfants surdoués avec THADA.
Ils peuvent se conduire de manière moins mûre que leurs camarades du même âge une partie du temps, mais de manière plus mûre à d'autres moments...
La sensibilité est un aspect important de la surdouance, et les enfants surdoués avec THADA montrent leur sensibilité dans leur conscience de l'environnement extérieur, état interne et sentiments, identification projective dans les aspects de leurs centres d'intérêt, dans l'empathie et la compassion pour les autres et dans les sentiments passionnés pour les gens et les causes. Lorsque les sentiments sont négatifs, les enfants surdoués avec THADA peuvent être submergés par des inquiétudes qui n'atteindraient jamais un enfant "normal".
Les enfants surdoués avec THADA ont souvent des intérêts plus focalisés que leurs camarades du même âge, et s'adonnent à des activités similaires de manière plus complexes. Ils ont besoin et ils aiment plus la complexité que leurs camarades du même âge, et la recherchent dans leurs activités et leurs intérêts. Ces intérêts peuvent être poursuivis sur une période de plusieurs années et de manière intense. Certains poursuivent également beaucoup d'activités pendant des années, et deviennent compétents dans plusieurs domaines différents.

Les amitiés ont tendance à refléter à la fois la surdouance et le THADA de l'enfant. Ces enfants ont des besoins supérieurs de complexité dans l'amitié, ils veulent partager des intérêts complexes, et ont une compréhension plus avancée des règles, jeux et stratégies que leurs camarades du même âge ; cependant, ils démontrent également des faiblesses dans le comportement social, une mauvaise appréhension des signaux sociaux et manifestent un manque de tact et de compréhension des objectifs et dynamiques de groupe. Souvent, le souci de justice est primordial et reflète la capacité de raisonnement moral avancée de l'enfant surdoué, alors qu'un développement émotionnel immature se révèle dans l'incapacité de l'enfant à agir lors de ces mêmes questions morales. Ainsi, l'enfant insiste à suivre avec impartialité les règles d'un jeu, jusqu'à ce qu'il ou elle commence à perdre. Alors l'impartialité devient moins importante que gagner.

Les enfants surdoués avec THADA diffèrent des autres enfants surdoués
Ces enfants présentent un plus grand degré d'asynchronisme entre les domaines de développement cognitif, social, et émotionnel, et de plus grandes variations dans leur capacité à agir avec maturité. Les déficits cognitifs, en comparaison avec d'autres enfants, se reconnaissent dans une moins bonne capacité de penser de manière séquentielle, d'utiliser adéquatement une mémoire de travail, de résoudre des problèmes en utilisant la globalité, et de raisonner de manière inductive, particulièrement dû au fait qu'ils ont du mal à discerner l'essentiel dans un groupe de données. Les enfants surdoués avec THADA, en comparaison avec d'autres enfants surdoués, terminent moins de tâches, ont tendance à essayer de les parcourir rapidement, changent souvent de sujet en cours de projet, ou prennent un temps anormalement long pour terminer un simple exercice.
...
Cette capacité de hyper focaliser, cette immersion (Csikszentmihalyi, 1996) est ce qui rend le travail créatif si satisfaisant pour tant d'enfants surdoués, quels que soient leurs autres problèmes.
En termes de développement social et émotionnel, les enfants surdoués avec THADA ont tendance à démontrer plus de difficultés d'autocontrôle du comportement, moins de capacité à juger les situations en en tirant leurs points essentiels, à prédire les causes et effets de certains comportements et une difficulté à s'empêcher d'agir.

L'évaluation des enfants surdoués doit être faite par des personnes expertes à la fois en surdouance et en THADA
...
pour s'assurer que les enfants surdoués ne sont pas mal diagnostiqués. Ceci est particulièrement vrai pour ces enfants académiquement mal placés et qui reçoivent peu de stimulation académique (Baum, Olenchak, & Owen, 1998). Pour beaucoup d'enfants surdoués avec un léger THADA, un environnement scolaire stimulant associé à des classes de taille réduite réduira de manière significative les symptômes de THADA (Hartmann, 1996). En fait, pour certains enfants souffrant d'un très léger THADA, la stimulation apportée par une classe spécialisée dans la surdouance peut les aider à organiser leur énergie de manière significative. Ces enfants peuvent utiliser la stimulation de la classe, avec leur propre capacité d'hyper-focalisation, suffisamment bien pour qu'ils puissent atteindre des résultats impressionnants. Beaucoup de ces enfants ont la capacité de réfléchir sur leur propre comportement, chose que les enfants plus gravement atteints de THADA n'ont pas. Cette réflexion peut permettre à des THADA légers et surdoués de compenser dans les domaines où ils sont déficients en utilisant leurs aptitudes THADA à leur avantage.
Il est peu probable que les enfants avec des symptômes de THADA à des degrés de modéré à sévère puissent être suffisamment aidés si la seule intervention est le changement de paramètre scolaire pour mieux correspondre à leurs besoins de stimulation. Le THADA n'est pas seulement un problème scolaire. Il affecte souvent aussi les domaines sociaux et émotionnels. Les enfants peuvent avoir besoin de multiples interventions dans tous ces domaines pour pouvoir mieux fonctionner. C'est particulièrement le cas des enfants surdoués avec THADA dont l'asynchronisme est beaucoup plus important que celui d'autres élèves surdoués, puisque la capacité de répondre à un éventail de situations est diminuée par ce plus grand asynchronisme. Changer l'environnement scolaire est alors nécessaire, mais pas suffisant pour les enfants surdoués avec THADA modéré à sévère. Ce n'est aussi pas suffisant pour satisfaire aux besoins d'enfants même légèrement atteints qui n'ont pas la capacité d'apprendre les mécanismes compensatoires eux-mêmes. Souvent, ces élèves sont ceux dont le THADA sera plus complexe qu'on le pensait dans le passé, avec l'accroissement de la demande académique.
Dans l'évaluation du THADA, les enfants surdoués doivent être comparés à leurs camarades surdoués dans un environnement stimulant, plutôt qu'à des enfants moyens dans des classes normales. Questionnaires et observations des professeurs doivent être considérés dans le contexte scolaire de l'enfant. Ainsi, un profil des forces et des faiblesses doit être élaboré à partir de sources variées, y compris le foyer, l'école, et d'autres activités. Celui-ci doit alors être comparé à la moyenne de ces enfants plutôt qu'à une norme d'âge absolu. Les domaines déficients des enfants surdoués avec THADA peuvent passer inaperçus si seuls les normes d'âge sont utilisées comme mesure de capacité ou d'accomplissement. Ceci s'applique également aux tests de fonctions exécutives, mémoire et processus analytique quand ils sont utilisés pour déterminer les domaines de force et de faiblesse. De plus, l'intelligence ne devrait pas être seulement basée sur les scores de Wechsler.
...
Le test de Stanford-Binet V, lorsqu'il est disponible, apportera une meilleure évaluation des forces et faiblesses des enfants surdoués en général.

Recommandation de IEP ou besoins de planification pour considérer à la fois les problèmes de THADA et les effets de la surdouance.
Les programmes scolaires doivent considérer à la fois les forces et les faiblesses et s'attacher à fournir un environnement qui optimise stimulation et intérêts à un niveau approprié. Ceci parce que les enfants surdoués avec THADA ont des déficiences sous-jacentes dans les fonctions d'exécution qui demandent une intervention, mais l'accommodation nécessaire sera différente de celle recommandée pour les enfants avec THADA d'un niveau moyen. L'accélération est un bon exemple.
...
Les enfants surdoués avec THADA auront besoin de programmes académiques...
Les enfants surdoués avec THADA ont également besoin d'avoir accès à des mentors...
Sans travail qui réponde à leurs besoins cognitifs de stimulation et de complexité, les enfants surdoués avec THADA développent moins de capacité de focaliser et de maintenir leur attention, des habitudes de travail plus mauvaises, et un succès moins avancé. Ils peuvent également perdre leur intérêt d'apprendre et développer des problèmes émotionnels et de comportement secondairement à leur manque d'implication dans la réussite.
...

Références...
...
Author Note: This article was published in a slightly different form as a handout in the Program of the CHADD 11th Annual CHADD International Conference, October 8, 1999, Washington, DC, pp. 162-167.
© Copyright TDA/H Belgique ASBL

11111111111111111111111100000000000000000111111111111111111

Updating-Boy a écrit :J'ai des raisons sérieuses d'y croire.Alors plusieurs caractéristqiues de ces fameux surdoués:

-sens de la justice

-grande ouverture sur le monde

-Beaucoup de curiosité,lucidité

-Perception en même temps de pleins pleins de signaux de l'environnement.

Sur ce dernier point,faut voir en fait des tas d'antennes qui captent pleins de signaux,d'informations differentes.Comme un système ouvert.La difficulté c'est que le cerveau ne peut aps tout traiter en même temps.C'est pour ça qu'on a l'impression que dès fois,ils sont dans la lune,sont déconcentrés.


Je me suis longtemps observé curieux,observateur.qQue ce soit dans la rue,devant la télévision,dehors,à l'école,au supermarché.Pleins pleins d'informations sont venus,comme une réfléxion très intense.

Alors plutot que de m'aider,ca m'a perturbé.Même si je raisonne juste,et bien les fruits de ces raisonnements ne restent pas dans les bonnes cases.Y'a d'autres choses qui viennent parasiter.Le regard des gens,le bruit,de lointains souvenirs(et oui j'ai une mémoire sur le long terme bonne).C'est ainsi qu'après avoir cogité sur de la finance,de la fiscalité,dud roit de sociétés,y'a d'autres films qui passent.Et en vitesse grand V.

Et justement,je sais plus ,même je sais pas faire quoi que ce soit comme discernement.Je dois donc beaucoup me concentrer.

Mais comme si la situation n'est pas déjà compliqué, y'a aussi l'hyper sensibilité nerveuse.Et oui c'est que mon système nerveux fonctionne à plein régime,et s'épuise vite.Faut évacuer quoi.

J'aui du passer à deux reprises ce qu'on appele un waith 3

- première fois:fait par une psychologue en libéral:130 de QI.Avec dominance en culture générale,logique,difficultés dans la conceptualisation(les fameux cubes),résolutions de problèmes,suites diverses.

Je n'ai jamais obtenu les résultats,malgré plusieurs coups de fil;Elle avait déménagé.
Ton dossier est consigné quelque part dnsune structure ç-à- qu'elle ne le le garde pas chez elle. Persévère et tu l'auras. C'est important pour évaluer ton évolution.


-2ème fois au CRA:profil homogène équilibrée.Avec des soucis avec la figure de rett,les cubes,certains détails sur le jeu des images,confusions sur certaines définitions.


Quand j'ai passé les tests,j'ai eut justement la sensation de connaître quelque part les bonnes réponses et puis ca c'est perdu,fallait que je dise quelque chose quand même.

Passionnant la question des tests. Quand j'ai répondu aux trentaines de questions en connaissance de soi, rapports avec ses proches je savais ce qu'il fallait répondre pour être dite "normale" + parfois donner une réponse était "impossible" car la situation décrite était non vivable par moi donc il fallait imaginer une réponse (bidon); toutes ces choix approximatifs ne plaident pas pour une méthode d'évaluation rigoureuse.

Pour les autres domaines c'était carré: bon ou nul! Je cite: exercices de logiques, problèmes, mémorisation chiffrées puis avec les mots, mémorisation spatiale etc.

Les tests sont à prendre avec précaution car il faut savoir plein de choses à leur propos pour que ça te serve personnellement.



Je travaille quand même,j'aime bien.Je voudrais bien,même si c'est très difficile,essayer d'arriver à résoudre ces difficultés.


Je n'invente pas,je ne simule pas.Je viens d'avoir quelques soucis,tout à l'heure en fiscalité,je savais plus si je savais déjà,ce que j'ai oublié,si ca été mis dans une case lointaine et que ca va revenir.

J'ai souvent eu ça avant un examen ou une épreuve: c'est l'effet du stress ou le trac si tu préfères.

Lors de mon dernier controle de comptabilité approfondie,en feuilletant les dossiers,je me souviens avoir fait en avance rapide tout ce qui fallait mettre.Et après ca a mis du temps à se mettre en oeuvre,je savais plus,j'étais pas du tout sûr.

Ca me l'a fait dans d'autres matières,dans toute ma scolarité même.


Et aussi dans ma vie de tout les jours,et aussi quand j'écris ici et sur doctissimo.


Je le fais c'est que bon je voudrais un éclairage....

:wink: C'est pas incomptaible d'avoir un TEd et d'être aussi surdoué.


Tu fais pas si bien dire mon cher. Un jour Polnareff a déclaré lors d'une interview exclusive (1ère qu'il donnait en 20 ans d'absence) :" à l'école je faisais le pître et je jouais le cancre parce que j'avais compris qu'être surdoué c'était mal vécu (et mal vu)." Autrement dit, si tu veux gagner des points socialement à l'école et auprès des autres, sois nul et pas sérieux en classe!
Ceci pour dire, que même les surdoués sont considérés comme la cible à abattre! quand ils ne sont pas délaissés parce qu'à cause du traitement égalitaire des élèves (qui rabaisse le niveau par le bas) ils ne peuvent être stimulés ou instruit à la hauteur de leurs facultés.
Donc ce n'est pas étonnant qu'au delà de tes difficultés pour t'ajuster dans le traitement cérébral et sensoriel de l'information tu n'aies pas découvert qu'être un peu plus intelligent que la moyenne c'était valorisant.


Cultive cette prise de conscience U - B, continue à re-travailler tes difficultés et tu seras TOP et plus important, à l'aise!


nana

samoju
SAtedI, on continue ?
SAtedI, on continue ?
Messages : 543
Inscription : 27 Juin 2005, 23:02

Messagepar samoju » 22 Mars 2010, 16:05

La surdouance, dans cet article, est définie par un QI de 120+,


On m a toujours dit que le seuil c était 130.

Ces enfants peuvent utiliser la stimulation de la classe, avec leur propre capacité d'hyper-focalisation, suffisamment bien pour qu'ils puissent atteindre des résultats impressionnants. Beaucoup de ces enfants ont la capacité de réfléchir sur leur propre comportement,


Tiens je me retrouve bien la , j ai toujours hyper-focalisé pour faire un truc et je réfléchis non stop a mes comportements et ceux des autres :P

Avatar de l’utilisateur
canada411
Administrateur
Administrateur
Messages : 511
Inscription : 03 Mars 2010, 03:04
Localisation : Quebec, QC, Canada

Messagepar canada411 » 22 Mars 2010, 18:08

Je crois être surdoué dans certaines choses mais je doute que ça puisse être vu par des test, ils ont pas voulu me dévoiler les test pour pas me décourager on dirais Ben

pourtant, dans certain domaine, j'impressionne, ma prof en reviens juste pas, j'apprend beaucoup avec mes 2 mains

je ne crois pas que je puisse être jugé par des tests, j'ai fait des choses que personne pensais que je ferais
Image
Autiste haut niveau(diagnostiqué Asperger, TED, bi polaire

Avatar de l’utilisateur
Lotus
SAtedI pour toujours
SAtedI pour toujours
Messages : 2209
Inscription : 12 Sep 2008, 22:25
Localisation : Ville de Québec (Canada)

Messagepar Lotus » 22 Mars 2010, 18:51

Ben, moi même mes parents m'avaient dit que j'avais commencé a parler normallement a l'age de deux ans, j'étais capable de me souvenir de ce qui se disait dans un livre entier mots par mots, exactement les même pour le livre entier.

A la susprise générale, j'avais perdu une 100 lbs en seulement un an, question de savoir parler Anglais, ça m'a juste pris le temps de regarder des programmes de TV Anglophones pendant quelques années, et déja je parlais Anglais comme si c'était normal, en prime, quand j'étais allé dans une école Anglophone, même les profs qui venaient d'Angleterre n'en revenaient pas, apres les tests d'évaluations, ils m'ont avoué que j'étais plus du calibre universitaire dans ce domaine.

Pour la domaine militaire et politique de la seconde guerre mondiale, j'ai vite connu des nombreux trucs sur les armements a l'époque, avec comment la plupart des grandes battailles s'étaient déroulées, surtout celles entre l'Allemagne et l'Union Soviétique.

Je sais pas si je serais qualifié comme étant surdoué par contre, et je me vois pas vraiment comme ça en fait, j'ai pas pris de tests de QI pendant un bon bout de temps, évidemment j'avais jamais compris les résultats. En prime, les ordis, je suis un parfait ignorant dans ce domaine la, mais j'apprends. Et a force d'observer ce qui se passe dans les hopitaux, j'apprends un peu de trucs sur ce que les belles jeunes femmes habillées en blanc font souvent, surtout dans les salles d'urgence.
"It is well that war is so terrible - otherwise we would grow too fond of it. " ( Général Robert E Lee pendant la bataille de Fredericksburg le 13 Decembre 1862 )

Inconnu992

Messagepar Inconnu992 » 22 Mars 2010, 20:48

Bonsoir,je viens donner des nouvelles.

Les semaines s'enchainent,je travaille à fond.Les cours ca se passe toujours plus ou moins pareil comme je l'aid éjà dit.

Le fait de retravailler au calme,avec des fiches,ca m'aide à bien tout recadrer et aussi à l'enrichir,car à ce moment ma mémoire se resouvient et y'a une synergie du savoir.


j'ai comme on dit "la tête dans le guidon".

Je fais aussi un maximum de cas pratiques corrigés,ca me permet de me familiariser avec les raisonnement variés qui peut être posé.

Par éxpèrience,à l'examen ca se passe mieux.Et là,je serais tout seul,au rectorat de mon académie à passer mes épreuves.

Quand au nivellement par le bas je suis d'accord.Quand je repense à la première année,à mon cours d'informatique,ou y'avais pratiquement pas du cours,on apprenait sur le tas.J'ai jamais pu m'y faire.

Je veux dire,faut faire des exercices mais ca sert à rien quand on les fait n'importe comment,sans véritable méthodologie.


Quand je doit faire du Merise,par exemple,et bien je doit modifier un schéma déjà existant(modèle entités-relations,bon on comprend).A l'aide d'annexes diverses.La première difficulté,c'est déjà de comprendre le besoin.Car de cette compréhension,va découller l'interprétation,puis el choix des association,entités,ect...

Alors dans la méthode officiel au DCG,on ne parle pas du tout d'exprimer le besoin,alors que c'est quasi obligatoire.J'ai pris le taureau par els cornes,j'ai acheté des livres spécialisés au sujet,le genre de livres destinés aux informaticiens pur et durs(Oui,des experts comptables faire ça,on aura tout vu,merci le jury national!!!)


J'ai donc dans un 1er temps commencer à m'habituer à trouver dans les énnoncés,les mots,les phrases qui nous renseignent sur le besoin éxprimé.Ensuite j'ai travailler son interpretation avec Merise.Et petit à petit,j'ai réussi à me débloquer.

Même chose pour les requêtes,les modélisations des traitements.

A présent je vais devoir bouffer des cas de synthèse,c'est chose qui a plus ou moins été faite ce week end,même avant.

Je m'accroche,je cherche à bien assimiler les notions de cette UV,je vais même m'en servir d'outils sur mon futur stage,pour bien appréhender l'organisation et faire un bon mémoire.

Notez que je suis obligé d'avoir vraiment quelque chose de bien cadré.Et que même mon reponsable de formation me garantit pas le passage en L3.Pourtant je bosse beaucoup,je suis motivé.

Mais que voulez vous,en France,y'a très peu d'autistes hauts niveaux qui passent le cap du BAC.Aux états unis,c'est mieux fait,pas chez nous.Ona un problème de taille avec des referentiels qui sont pas forcement adaptés,trop rigides,trop strictes...

Bon je vais finir de manger,je vais encore continuer de travailler mon bouquin....

Et avec la fatigue nerveuse qui commence à me faire mal à mon cartilage cranien,ca va être de moins en moins évident...



:wink:

Avatar de l’utilisateur
nana
SAtedI pour toujours
SAtedI pour toujours
Messages : 3753
Inscription : 09 Août 2009, 03:04
Localisation : Europe
Contact :

aide informatique

Messagepar nana » 24 Mars 2010, 21:52

Updating-Boy a écrit :Bonsoir,je viens donner des nouvelles.

...

Quand au nivellement par le bas je suis d'accord.Quand je repense à la première année,à mon cours d'informatique,ou y'avais pratiquement pas du cours,on apprenait sur le tas.J'ai jamais pu m'y faire.

Je veux dire,faut faire des exercices mais ca sert à rien quand on les fait n'importe comment,sans véritable méthodologie.


Quand je doit faire du Merise,par exemple,et bien je doit modifier un schéma déjà existant(modèle entités-relations,bon on comprend).A l'aide d'annexes diverses.La première difficulté,c'est déjà de comprendre le besoin.Car de cette compréhension,va découller l'interprétation,puis el choix des association,entités,ect...

Alors dans la méthode officiel au DCG,on ne parle pas du tout d'exprimer le besoin,alors que c'est quasi obligatoire.J'ai pris le taureau par els cornes,j'ai acheté des livres spécialisés au sujet,le genre de livres destinés aux informaticiens pur et durs(Oui,des experts comptables faire ça,on aura tout vu,merci le jury national!!!)


J'ai donc dans un 1er temps commencer à m'habituer à trouver dans les énnoncés,les mots,les phrases qui nous renseignent sur le besoin éxprimé.Ensuite j'ai travailler son interpretation avec Merise.Et petit à petit,j'ai réussi à me débloquer.

Même chose pour les requêtes,les modélisations des traitements.

A présent je vais devoir bouffer des cas de synthèse,c'est chose qui a plus ou moins été faite ce week end,même avant.

Je m'accroche,je cherche à bien assimiler les notions de cette UV,je vais même m'en servir d'outils sur mon futur stage,pour bien appréhender l'organisation et faire un bon mémoire.

Notez que je suis obligé d'avoir vraiment quelque chose de bien cadré.Et que même mon reponsable de formation me garantit pas le passage en L3.Pourtant je bosse beaucoup,je suis motivé.

...


:wink:


Je te suis U -B. Je veux t'aider pour que tu aies tes examens.
Comme tu as besoin d'aide en informatique, j'ai transmis l'info à quelqu'un que je connais et qui est désireux de s'entretenir avec toi sur le type de difficultés que tu as.
Dis moi que tu es intéressé et je te mets en contact immédiatement avec lui. Il se rendra disponible pour toi car il est intéressé.

nana.

Avatar de l’utilisateur
kikuta
SAtedI tous les jours
SAtedI tous les jours
Messages : 218
Inscription : 29 Mars 2010, 15:44

Messagepar kikuta » 30 Mars 2010, 09:20

bonjour.
Moi aussi jai essaye de faire un lien entre surdoue et autistes.
Et jai ma propre theorie, mais cest pas forcement juste

Je pense que le terme surdoue cest pour definir lintelligence de quelqu un de normal. Il est alors rapide, Quelque soit le type de test: espace, logique, verbale, etc..

Et je pense que ce bareme de QI ne peut que correspondre a des gens normaux, betes ou tres intelligent.

La ce pose le probleme des autistes. Comment les mesurer? Peut on les comparer?

Jai refais un test de Qi hiers, apres je sais pas si cest valable. javais 124. Sachant que plus jeune chez un medecin ou je ne sais plus ou, on mavait donne comme resultat 116.
Bref, je ne me sens pas surdoue.
Mais jai tendance a penser que ce test est mauvais pour certaines personnes.
Je mexplique: Jai eu presque tout faux aux questions verbales. Vous savez les questions du style, quel est le sens de ce mot. Quel est le mot qui ressemble le plus a celui ci. Quelle expression peut remplacer ce proverbe ( alors ce dernier la cest la catastrophe )....
Par contre les tests despace ne me cause aucun probleme.
Les tests de logiques eux sont du 50/50. En effet. Je me suis apercu que pour le test des suites logique, exemple: vous avez une sequence de carte de coeur , trefles, etc... et vous devez trouver la manquante.
Sur ce test en general, jarrive a trouver une dizaine de "logique" que je me suis inventer et qui corresponde plus ou moins toute. ca peut sapparente peut etre a une "loqique imaginative" tres forte... je ne sais pas. Quoi quil en soit, cest le type de test ou je ne sais pas quelle reponses choisir, car je ne sais pas selon quelle "logique" a ete fait la correction...

Jai un exemple sur le pouvoir de limaginaire assez probant.
Je suis sur un site dartiste, qui sappelle deviantart, peut etre certains connaisse.
Je connais un francais qui dessine de tres beau paysages feeriques entre autre. Un jour, je lui ai demande sil y avait des personnages dans son paysage. Il ma repondut que non. Moi, ca ma fortement trouble. Car a la premiere vue, javais vu au moins 4 personnages. Apres coup jai cru que jetais fou, que cetait mon imagination. En fait quelques jours plus tard, il ma envoyer un email en me disant " cest fou, javais jamais remarque! tu ne me laurais pas dit je naurais jamais realise. Bien vu! "
Ma question, pourquoi etais je le seul a decoder ca comme ca au premier coup doeil?

Bref, je crois que l'intelligence na pas qune facete... elle nen montre quune seule actuellement et elle concerne les gens normaux sur un bareme qui sappelle le QI


Revenir vers « Autisme - Parlons en »

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 7 invités