Phate : Retour d'expérience sur le 1er entretien (qui c'est [selon moi] mal passé)

Forum de discussions sur l'autisme et les troubles associés
Avatar de l’utilisateur
Phate
Nouveau
Nouveau
Messages : 8
Inscription : 24 Août 2009, 14:50

Phate : Retour d'expérience sur le 1er entretien (qui c'est [selon moi] mal passé)

Messagepar Phate » 12 Nov 2015, 11:39

Bonjour,

J'ai enfin fait la démarche auprès de la CRA pour me faire diagnostiquer. J'ai rempli un dossier assez long où, en plus d'informations personnelles, on me demandait d'expliquer certaines situations du quotidien. Ce questionnaire était très complet et on pouvait (presque) dire tout ce qu'on avait sur le cœur.
Mes anciens post sur ce forum : viewtopic.php?f=16&t=7356

J'ai passé l'entretien (pour éclaircir certain point du formulaire), le psychiatre me posaient plusieurs questions.
Les questions étaient complètement différentes en fait, j'étais un peu prise de court....
Et je m'en veut beaucoup car il me posait des questions et je n'avais que très peu d'exemple sous la main... :'| alors que maintenant, en ayant le temps d'y réfléchir j'en ai plein... et plein de chose à dire
Et ça c'est passé comme ça pour les 3/4 de l'entretien... pas d'idée sur le moment...

Il me demande à quel degré je pensais être asperger... J'ai répondu que j'avais une suspicion plutôt forte.

Il me fait comprendre qu'il a besoin de mes parents pour égayer le diagnostic (j'ai refusée, je ne veux pas les culpabiliser [et leur laisser entendre qu'ils n'ont pas été capables de détecter que j’avais un problème enfant]). Le fait que je sois en couple est apparemment un élément qui pencherait en faveur que je ne sois pas asperger.
A l'issue de l'entretien il me fait comprendre qu'il ne pouvait pas poser son diagnostic pour le moment, que pour certain c'était évident mais que pour moi il fallait que je passe d'autres tests... et qu'il en discute avec son équipe. Et il me dit enfin qu'il ne peux pas surdiagnostiquer les patients (mais pourquoi il me précise ça ?) et qu'il faut d'autres éléments (comme le père, la mère et les autres tests).

Je suis sorti de l'entretien et j'ai été plutôt perdue, je pensais sortir en ayant le sentiment de "Ah oui il se peut que je sois autiste Asperger" ou "A ben non c'est pas ça, il faut que je me renseigne sur autre chose"
Mais là j'ai l'impression d'être revenu 6 ans en arrière et me poser la même question : "Pourquoi j'ai cette attitude au quotidien et envers les gens" ?


.... voilà

Avatar de l’utilisateur
Vic
SAtedI, on continue ?
SAtedI, on continue ?
Messages : 545
Inscription : 20 Juin 2009, 18:45

Re: Phate : Retour d'expérience sur le 1er entretien (qui c'est [selon moi] mal passé)

Messagepar Vic » 12 Nov 2015, 13:36

Phate a écrit :Le fait que je sois en couple est apparemment un élément qui pencherait en faveur que je ne sois pas asperger.
A l'issue de l'entretien il me fait comprendre qu'il ne pouvait pas poser son diagnostic pour le moment, que
pour certain c'était évident mais que pour moi il fallait que je passe d'autres tests... et qu'il en discute avec son équipe.
Et il me dit enfin qu'il ne peux pas surdiagnostiquer les patients (mais pourquoi il me précise ça ?).


je pense qu'il t'a dit "ça" en raison de certains psychiatres tel que :
Allen Frances (psychiatre Américain) : « Sommes-nous tous des malades mentaux ? – La vérité sur le DSM-5 »
Il a rédigé le DSM 4 et il a critiqué le DSM 5 :
on est encore dans l'impossibilité de procéder à des examens biologiques,
donc les diagnostics reposent sur des appréciations subjectives donc sujettes à l'erreur et susceptibles de fluctuer au gré des caprices et des modes,
il parle de diagnostic de jour, de tendance, de mode, il y a sur-diagnostic, il y a fausse épidémie.

certaines personnes auraient été diagnostiquées SA mais en fait ne le seraient pas,
elles seraient HPI ou TDAH ou auraient seulement des Troubles Sensorielles qui provoqueraient l'évitement social,
les personnes en couple (ou ayant un enfant) auraient moins de difficultés d'interactions sociales...
du sous-diagnotic, on est passé au sur-diagnostic, et là on veut à resserrer les critères,
certains psychiatres adoptent ce point de vue.

Avatar de l’utilisateur
Phate
Nouveau
Nouveau
Messages : 8
Inscription : 24 Août 2009, 14:50

Re: Phate : Retour d'expérience sur le 1er entretien (qui c'est [selon moi] mal passé)

Messagepar Phate » 22 Sep 2016, 10:49

Je réponds un peu tard...

mais merci pour ta réponse, elle m'a aidée à réfléchir

Avatar de l’utilisateur
manu
SAtedI tous les jours
SAtedI tous les jours
Messages : 289
Inscription : 28 Jan 2010, 22:14
Localisation : Dans la province d'Alésia

Re: Phate : Retour d'expérience sur le 1er entretien (qui c'est [selon moi] mal passé)

Messagepar manu » 24 Sep 2016, 11:52

Phate a écrit :Il me fait comprendre qu'il a besoin de mes parents pour égayer le diagnostic

Étayer, non?

C'est normal, l'autisme a été défini comme un trouble infantile, et les critères d'inclusion ou d'exclusion concernent l'enfant.
C'est pas qu'on ne soit plus autiste après, mais que le principe même d'autisme concerne des états observé chez l'enfant.

Je rappelle toujours pour ma part que l'autisme n'est pas encore défini comme un état, mais comme une unité de perception.
Un ensemble de psychiatre se met d'accord sur ce qu'il ont perçu d'enfants aux difficulté comparable ... d'après leurs observations!


=>Une vidéo est pointé ici, où l'on distingue par exemple les autistes "a trop de synapse" et les autistes "a trop peux de synapses".
=>Deux états opposable biologiquement, mais classé dans la même case "autisme". Cette vidéo parle aussi des autismes au pluriel, pour cette raison.



Mais je pense que tu as déjà une réponse très importante : Cliniquement tu es sur la frontière !
S'il n'y avait rien il aurait dis pas du tout.
Si c'était évident il aurait dis évidement.

Alors oui il y a des débats de spécialistes sur l'endroit où il devraient ou non placer la frontière, effectivement chacun a son entendement relativement aux critères, n’empêche que ça veux déjà dire "c'est pas illégitime de te poser la question".


Tu reste perdu? Mais tu sais, le mot autisme n'est pas une réponse, mais une question. Trop de synapse, pas assez, génétique parentale, mutation spontanée, choc d'une naissance prématuré (c'est une cause reconnu de l'autisme aussi), autre choses encore ...
Pour moi ce mot a permis de m'accorder le droit a ne pas être similaire, il expliquait des failles fonctionnelles terribles, et me permettait de penser plus loin. Je suis certainement ailleurs sur la frontière, non diagnostiqué, et probablement plus diagnosticable, en supposant que je l'ai été un jours. Je comprends cette recherche, je me pose toujours la question d'aller voir un CRA moi même, mais c'est pour moi une démarche contradictoire avec une "sur-adaptation" travaillé depuis bientôt 40 ans.




J'ai remonté l'historique de tes messages (très superficiellement) et j'ai vu qu'emmanuel (data donc, ou dubrul) avait critiqué le score au test internet.
Je crois qu'il a absolument raison.
Ceux qui sont avec la plus grande évidence très dans les critères autistiques y voient forcement une sorte de moyen de déclarer tout le monde autiste.
Moi j'ai dans les 180/60 ... mais j'ai aucune idée de la norme quant je réponds : "êtes vous stressé...", c'est une question relative au stress moyen, c'te blague, répondre oui c'est se sentir plus stressé que la norme, et non pas plus que la norme, sauf que si on est autiste on ne sais pas comment est la norme ... bref ce test répond juste a faite vous ce test en vous pensant autiste, et vue que c'est un test sur l'autisme ... :roll: C'est forcement n'importe quoi!

Mais d'un autre coté, si on prend donald triplett, le premier enfant diagnostiqué de toute l'histoire par léo Kaner et qui a eut une vie "normal" de banquier, et qu'on se pose la question a l'age adulte, rien ne dis que le diagnostique soit évident, qu'il ne passe pas lui même pour un usurpateur ... alors ...
D'où l'importance d'avoir des témoignages sur l'enfance!

Phate a écrit :j'ai refusée, je ne veux pas les culpabiliser [et leur laisser entendre qu'ils n'ont pas été capables de détecter que j’avais un problème enfant

m**** à la culpabilité des parents! Il faut en finir avec ces idées ( désolé pour la virulence des propos, mais là j'ai pas envie d'y aller avec le dos de la cuillère. )
Hé, si c'est génétique ils ont eux même très certainement eu des difficultés, donc c'est normal que le seuil pathologique ne leur apparaissent pas forcement !
Et comment ils pourront le savoir un jour si toi tu ne les remmènes pas devant le doc'?
Et si t'as des enfants , à quelle moment il faudra se poser la question? Quant t'aura plus de parents?


Fait le! C'est le conseille que me suggère mes tripes. C'est dure, ça explose plein de choses, c'est le risque d'encore plus passer pour ... on ne sais pas trop quoi ... et je sais de quoi je parle ...

Mais puisque c'est un CRA, le type en face a une relativement bonne connaissance des choses, et besoin de repères fiables pour donner une indication.
Il t'as certainement fallu beaucoup de courage pour pousser sa porte, mais maintenant il faut aller au bout, pas s'arrêter au milieu du guai.

Et s'il ne te dis pas autiste ( diag préféré par bien du monde, on se demande bien pourquoi!?! :shock: ) Ca serra toujours une avancé pour répondre à ta question :
Phate a écrit :"Pourquoi j'ai cette attitude au quotidien et envers les gens" ?

Avatar de l’utilisateur
Vic
SAtedI, on continue ?
SAtedI, on continue ?
Messages : 545
Inscription : 20 Juin 2009, 18:45

Re: Phate : Retour d'expérience sur le 1er entretien (qui c'est [selon moi] mal passé)

Messagepar Vic » 26 Sep 2016, 17:20

manu a écrit :Et s'il ne te dis pas autiste ( diag préféré par bien du monde, on se demande bien pourquoi!?! :shock: )

Au sujet du diagnostic préféré (Autisme/Syndrome d'Asperger) :
J'ai des éléments de réponse. J'ai connu une femme qui a consulté plusieurs psychiatres.
Conclusion : « trouble grave de la personnalité » , « épisodes délirants » , « névrose hystérique »
Elle a un sérieux problème de perception de la réalité.

Cette femme n'a pas accepté ce diagnostic de Trouble de la Personnalité.
Elle a consulté d'autres psys pour obtenir un diagnostic de Syndrome d'Asperger.
Au final, un psychiatre lui a donné le diagnostic de Syndrome d'Asperger.
Précision : ce dernier psychiatre ignorait ses précédents diagnostics.
Dans le « Trouble de la Personnalité » comme le « Syndrome d'Asperger », il y a des difficultés d'interactions sociales.
Voila pourquoi le dernier psychiatre a posé par erreur le diagnostic de Syndrome d'Asperger.
Alors qu'elle est très sociable, elle adore discuter avec des personnes (même inconnues).
Elle a accepté le diag de « Syndrome d'Asperger » et refusé le diag de « Trouble de la Personnalité » en raison des préjugés.

Avatar de l’utilisateur
Nouvelle
SAtedI pour toujours
SAtedI pour toujours
Messages : 1633
Inscription : 29 Mai 2010, 22:23

Re: Phate : Retour d'expérience sur le 1er entretien (qui c'est [selon moi] mal passé)

Messagepar Nouvelle » 27 Sep 2016, 17:46

Ici où j'habite - c'est fini il n'y a plus de diagnostique asperger-autisme, posé pour les adultes. J'ai été choquée quand j'ai su cela. Puis j'ai réfléchi.
Je pense que ça coûte extrêmement chère de faire ce type de diagnostiques et ça prend du temps et ça demande du personnel. Hors, les frais médicaux ont atteints des sommets vertigineux et c'est très trop cher pour tout le monde, donc les diagnostiques sont avant tout effectués pour les enfants avec déficit intellectuel. Je crois que les autres sont détectés comme ça à l'école et aidés au besoin.

Je pense aussi qu'il y a eu comme un excès - j'ai été de plus en plus effrayée de voir combien les gens se rendaient dans un hôpital ou chez un psy pour "chercher un diagnostique" comme ci on allait voir un psy comme on va chez le boulanger pour acheter son pain. Il y a eu une sorte de dérive, les gens vont chercher leur diagnostique, si possible d'autiste asperger et voilà.

C'est dommage, car on fait fi de la lutte et la souffrance des adultes qui survivent et s'acharnent jusqu'à effondrement dans leur quotidien. Un quotidien qui n'est jamais "cool" tout au long de la vie. Je crois qu'on oublie de raconter ce que c'est que la souffrance des aspies. C'est devenu un "trend". Moi ça m'attriste et ça me rend aussi très honteuse. Désormais je ne dis plus ce que j'ai. Je dis avoir des problèmes "psy" après les gens projettent ce qu'ils veulent. Le plus important c'est surtout en cas de maladie ou accident, les médecins savent comment faire et ça pourra aider. Parfois je me trouve aussi coupable d'avoir pas su m'ensortir.
"On construit tant de murs et si peu de ponts" Isaac Newton

Avatar de l’utilisateur
Vic
SAtedI, on continue ?
SAtedI, on continue ?
Messages : 545
Inscription : 20 Juin 2009, 18:45

Re: Phate : Retour d'expérience sur le 1er entretien (qui c'est [selon moi] mal passé)

Messagepar Vic » 27 Sep 2016, 18:45

Nouvelle a écrit :
Ici où j'habite - c'est fini il n'y a plus de diagnostique asperger-autisme, posé pour les adultes. (...)

Je pense aussi qu'il y a eu comme un excès - j'ai été de plus en plus effrayée de voir combien les gens se rendaient dans un hôpital ou chez un psy pour "chercher un diagnostique" comme ci on allait voir un psy comme on va chez le boulanger pour acheter son pain. Il y a eu une sorte de dérive, les gens vont chercher leur diagnostique, si possible d'autiste asperger.

(...) Parfois je me trouve aussi coupable d'avoir pas su m'ensortir.


- il n'y a plus de diagnostic d'adulte : parfois je me dis que c'est une bonne chose, parfois non
- excès, chercher un diag, dérive : d'accord avec toi
- culpabilité : j'avais déjà dit qu'il ne faut pas, un handicapé moteur n'est pas coupable de ne pas pouvoir marcher.

le SA est un handicap cognitif, avec des difficultés d'interactions avec les autres...
donc c'est normal d'avoir des difficultés d’ordre relationnel (personnel et social), communicationnel, émotionnel.

Avatar de l’utilisateur
Nouvelle
SAtedI pour toujours
SAtedI pour toujours
Messages : 1633
Inscription : 29 Mai 2010, 22:23

Re: Phate : Retour d'expérience sur le 1er entretien (qui c'est [selon moi] mal passé)

Messagepar Nouvelle » 28 Sep 2016, 19:06

Vic a écrit :le SA est un handicap cognitif, avec des difficultés d'interactions avec les autres...
donc c'est normal d'avoir des difficultés d’ordre relationnel (personnel et social), communicationnel, émotionnel.


Oui merci de me le rappeler :roll:
"On construit tant de murs et si peu de ponts" Isaac Newton

Avatar de l’utilisateur
Vic
SAtedI, on continue ?
SAtedI, on continue ?
Messages : 545
Inscription : 20 Juin 2009, 18:45

Re: Phate : Retour d'expérience sur le 1er entretien (qui c'est [selon moi] mal passé)

Messagepar Vic » 29 Sep 2016, 09:02

J’ai un autre exemple tout récent :
Je connais un homme qui a plusieurs diagnostics : phobique sociale, borderline, bipolaire, hébèphrène (forme de schizophrène).
Il n’accepte pas tous ces diagnostics.
Il a pris rendez-vous au CRA adulte pour tenter d'obtenir un nouveau diagnostic : syndrome d’Asperger.

pour quelle raison un individu ayant obtenu un diagnostic de TROUBLE DE LA PERSONNALITÉ cherche à obtenir
un diagnostic de TROUBLE DU SPECTRE AUTISTIQUE ?

Trouble de la Personnalité Paranoïaque ou Trouble de la Personnalité Borderline ou Trouble Bipolaire :
Ces troubles peuvent partager un certain nombre de symptômes communs avec le Syndrome d’Asperger.
Chacun de ces troubles (Trouble de la Personnalité Paranoïaque ou Trouble de la Personnalité Borderline ou Trouble Bipolaire) est à l’origine d’un isolement social, retrait social (retrait autistique) en raison des difficultés d'interactions sociales.

Pourquoi des individus ayant obtenu plusieurs diagnostics (Trouble de la Personnalité Paranoïaque ou Trouble de la Personnalité Borderline ou Trouble Bipolaire) tentent d'obtenir un autre diagnostic (Trouble du Spectre Autistique de type Asperger) ?

Pour 2 raisons :
1) Ils sont persuadés qu'il y a erreur de diagnostic parce que dans leur vie il y a isolement social, retrait social (retrait autistique) en raison de leurs difficultés d'interactions sociales (comme dans le Syndrome d'Asperger).
2) Ils sont persuadés qu'ils vont subir moins de préjugés (en ayant le Syndrome d’Asperger).

On ne verra jamais une personne ayant obtenu un diagnostic de Trouble du Spectre Autistique vouloir consulter un autre psy pour tenter d’obtenir un nouveau diagnostic de Trouble de la Personnalité Paranoïaque ou Trouble de la Personnalité Borderline ou Trouble Bipolaire.

Avatar de l’utilisateur
Nouvelle
SAtedI pour toujours
SAtedI pour toujours
Messages : 1633
Inscription : 29 Mai 2010, 22:23

Re: Phate : Retour d'expérience sur le 1er entretien (qui c'est [selon moi] mal passé)

Messagepar Nouvelle » 29 Sep 2016, 13:35

Merci pour ces explications.

Je ne comprendrais jamais ce besoin de changer. Pourquoi ?

1) parce que j'ai eu un collègue de cours qui était schizophrène et c'est lui qui m'a fait le plus rire et en plus il avait beaucoup d'ami-es !
c'était un type génial, qui est marié et oui, parfois il me parlait (rien qu'à moi) de sa maladie et il me racontait sa lutte, ses médicaments - il était très courageux mais surtout je le trouvais bien plus fort que moi pour les interactions et il m'a sauvé la mise bien des fois.

2) les gens qui sont bipolaires ou borderline ou paranoïaque, elles sont suivies vraiment fort et soutenue mais surtout c'est une grande souffrance comme maladie et il faut bien la connaître pour savoir bien vivre avec, en ce sens il n'y a pas beaucoup de différence avec les aspie - il faut bien que l'on se connaisse aussi... et encore une fois, j'ai l'impression que ces gens, parce qu'ils sont soutenus et aidé ils peuvent garer un job si ils en ont un, ils peuvent avoir des relations sociales - parce que si ils sont diagnostiqués c'est qu'on les a reconnu et que l'on peut les aider et il faut aussi préciser que l'on peut avoir un syndrome du spectre de l'autisme et souffrir d'un autre trouble mental. Par exemple en schizophrénie le replis, le retrait social est considéré comme le symptôme négatif de la maladie. Il y a des symptômes dans ces maladies qui font souffrir ou pas c'est tout .

3) quand on a le syndrome d'Asperger on ne sait jamais jamais comment faire et pire moi je voudrais avoir des relations sociales, je voudrais rencontrer des gens, avoir plein d'ami-es, des connaissances, des contacts, un réseau sociale - mais je n'y parviens pas et j'essaie encore et encore, chaque jour, tout le temps, indéfiniment ... je n'en finis plus d'essayer...

Par exemple pour essayer de générer des contacts sociaux, rester en lien avec la société - je m'entraîne à changer mes horaires pour ne pas devenir figé. Alors ce matin je suis sortie plus tôt - et comme d'habitude - des gens sortaient d'un appartement dès qu'ils m'ont entendu ils sont vites rentrés dans leur appartement en attendant que je sois deux étages plus bas... j'aurais ADORE leur sourire et leur dire : BONJOUR BONNE JOURNEE !!! Ben, non... alors en rentrant à midi une dame m'a parlé dans le bus et j'ai eu les larmes aux yeux ! Parce que dans le quotidien il n'y a personne qui m'adresse la parole et je l'ai remerciée dix fois au moins. Alors le replis, l'isolement autistique c'est qui qui le vit ? C'est qui l'impose à qui ?

C'est pour ça que je dis finalement : je suis un cas psy si on me pose des questions, mais les gens normaux, devraient beaucoup s'interroger aussi sur leur rapport au monde, à la vie, à la société et à ceux et celles qui l'a composent.

On devrait cesser de se faire des films, tous et toutes et commencer à absolument s'accepter avecc nos différences, notre fragilité,notre humanité, s'aimer soi-même quoi. Il faudrait s'accepter et aussi accepter que la vie d'un être humain n'est pas contenue dans une terminologie médicale, mais que c'est bien plus, c'est immense, c'est beau ! Moi je ne me suis jamais identifiée à des termes médicaux ! Je fais trop de choses pour être limitée à ça. Mais bon, j'ai eu la chance d'avoir un copain de cours schizophrène qui me faisait beaucoup et c'était bien le seul.
"On construit tant de murs et si peu de ponts" Isaac Newton


Revenir vers « Autisme - Parlons en »

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 6 invités